lundi 21 mai 2012

Taizé, la source d'éternité

Taizé, ce lieu privilégié qui m'est donné
A coup sûr je reviendrai boire à la source d'éternité.

D'âge en âge, la vie m'a amené ici,
Là où Frère Roger avait décidé de replanter sa vie;
Petit, auprès du Prieur, du silence je n'avais pas le goût
Et ne trouvais pas drôle que Taizé soit "Taizé-vous!"

Et pourtant je suis revenu sur ces terres fertiles
Où j'ai pu rencontre l'Esprit de Dieu, discret comme un battement de cils,
Mais présent et bienfaisant dans ce frisson du corps,
Il m'a appris la paix du coeur, cadeau plus précieux que l'or.

Que de rencontres, de paroles échangées sur la colline,
Que de visages, de sourires, de questions comme autant de vitamines
Pour ma vie, ces inconnus devinrent un instant confidents
Oreille de Dieu, présent et réconfortant
Comme un éclair évanescent d'amour
Qui m'a marqué pour toujours.

Aujourd'hui, j'ai la joie de continuer ce chemin de vie
En transmettant à mon tour la foi qu'ici j'ai approfondie,
Témoigner de l'amour que je reçois chaque jour de Dieu,
Amour si fort que je ressens si bien en ce lieu,
Comme ce chant "Behüte mich Gott", chant de confiance,
Témoin du chemin parcours sous Son regard, qui me répète l'espérance
Qu'à travers mes obscurités, mes défaites, mes fragilités,
Dieu me garde dans sa tendresse et sa générosité.

Il me garde et en Lui je peux me laisser aller totalement à la confiance
Car rien ne pourra jamais me séparer de Lui, qui m'offre cette chance,
D'être envoyé en son Nom dans le monde
Pour témoigner à tous de la joie profonde qu'il me donne chaque jour
Comme un magnifique mais fragile cadeau de velours,
D'être à son service, humble, simple, pas toujours discret,
Pour que les hommes et les femmes puissent eux aussi découvrir la paix,
Celle qui vient de Dieu
Celle qui nourrit jeunes et vieux.


Taizé, ce lieu privilégié qui m'est donné
A coup sûr je reviendrai boire à la source d'éternité

mardi 15 mai 2012

EXIT: sortez-moi de là !

Le 17 juin, la votation à laquelle nous sommes invités à participer ne sera pas banale. Plus qu'une votation, c'est un choix de société que le peuple vaudois est appelé à faire en se prononçant à la fois sur l'initiative d'EXIT (en deux mots : pour que les EMS doivent obligatoirement accepter l'assistance au suicide en leur sein et à la fois sur le contre-projet du Grand Conseil, plus développé, plus pondéré, plaçant quelques garde-fous ici et là, alors que l'initiative reste silencieuse sur bien des aspects.

Un vide juridique à combler

Aujourd'hui, le flou règne autour d'associations comme EXIT qui permettent de vivre un suicide assisté. Celles-ci profitent du vide juridique en lien avec l'art. 115 et mettent en avant le droit des clients... euh pardon des patients, à la dignité. Mais qu'est-ce qu'une mort digne ? les soins palliatifs, où l'on accompagne les malades en soignant leur confort, ne sont-ils pas, aussi, une fin de vie dans la dignité ? Comme disait un de mes collègues: EXIT n'a pas le monopole de la dignité !


La politique du salami
En même temps, il me semble que nous ne pouvons pas rester insensible à certains cas, à certaines histoires, à certaines maladies, à la suite desquelles nous pouvons bien imaginer l'envie de partir. Oui, certains cas. Mais il s'agit de bien faire attention à ce que l'on pourrait appeler "la politique du salami": on donne la main et c'est le bras qu'ils veulent finalement prendre. Oui la crainte m'habite que l'on aille toujours plus loin, que les garde-fous soient toujours moins grands, que l'on arrive finalement à ce qui se fait en Belgique ou aux Pays-Bas (euthanasie active!). Le danger de glissement est tellement grand qu'il s'agit de bien rester attentifs. EXIT prône une affaire strictement individuelle (dans son initiative, c'est une décision qui se prend uniquement entre les clients... euh pardon des patients et le médecin d'EXIT), mais n'est-ce pas aussi une affaire communautaire (soins, famille, société, etc.)?

La valeur de la vie

Finalement, en tant que chrétien, j'ai envie de poser la question du sens de la vie. D'où venons-nous, pourquoi sommes-nous sur terre ? Si la vie vient de Dieu, avons-nous le droit de tuer ? Et si l'on tue ainsi (ou si l'on aide à tuer, ce qui revient un peu au même), quelle valeur donne-t-on à la vie ? quel message donne-t-on à nos aînés ?

Oui, le 17 juin, notre société du canton de Vaud donnera un message: sur notre société, toujours plus individualiste et cherchant à tout maîtriser, sur nos liens communautaires, existants ou faibles, sur la valeur de la vie et de nos aînés. 75 % de notre population semble en faveur de l'assistance au suicide. Et vous?

Le 17 juin, il faut voter. Pour la dignité de notre société.

Quelques liens avec des extraits vidéo:
1. Pierre-Yves Maillard défend les garde-fous du contre-projet (50'')
2. Le Dr Sobel apporte quelques précisions au 12:45 (2'37'')
3. Emission "faut pas croire" de la RTS, débat (23'30'')

jeudi 10 mai 2012

La rencontre au coeur de nos vies

Ce week-end, la pasteure Hetty Overeem était sur Lutry, avec sa roulotte et son tipi, son âne Speedy, sans oublier son chien Barou (d'heure). Une personnalité étonnante qui sillonne le canton pour aller à la rencontre des gens, depuis plus de 3 ans déjà. Et ça marche! Que de rencontres, que de partages, que de moments imperceptiblement offerts!

Vivre l'instant présent, et offrir un espace de parole, où l'on est reconnu, et aimé, gratuitement. N'est-ce pas là une des missions de nos Eglises? Ne reste-t-on pas souvent "en circuit fermé", comme refermés sur nous-mêmes, sans s'ouvrir à la rencontre avec ceux qui sont éloignés de nos Temples? Comment être Eglise "en chemin", suivant l'exemple du récit d'Emmaüs?

Une interpellation pour notre société

Quoi qu'il en soit, cette expérience d'Hetty - ces moments simples et parfois profonds de partage qu'elle vit dans son ministère itinérant - est en fait une interpellation pour notre société. Le lien social, au XXIe siècle, s'est distendu, c'est évident. Certes, il y a Facebook, Twitter, les blogs (comme celui-ci et tant d'autres...), les mails (comme disait la pub: "il n'y a que mails qui m'aillent"), mais également tellement de solitude, de burn-out, de pression économique et sociale, de stress. Comment "être en lien" dans la société d'aujourd'hui? Comment soigner ce lien autour de nous dans notre réalité quotidienne ? Comment faites-vous?

Ces questions m'habitent. Mais surtout, n'est-ce pas là une interpellation en premier lieu pour nos Eglises qui se vident?


Visionnez l'émission de la TV régionale neuchâteloise qui lui est consacrée autour de sa cabane du Flon (gare du LEB) où elle est actuellement le week-end.



PS: latest news: je viens d'apprendre que le bancs publics de Lutry sont si goûtus ou que les odeurs que les "singes" y déposent si délicieuses que l'âne d'Hetty qui se nomme "Speedy" n'a pas pu se retenir: en deux temps trois mouvements, il a mangé la partie supérieure du banc (voir photos)! On dit que l'herbe est toujours plus verte chez le voisin, ici en l'occurrence sur le banc du voisin!
En haut à gauche, la latte dévorée par Speedy, l'âne qui broute plus vite que son ombre! ;-)