mercredi 21 mai 2014

Comment communiquer en Eglise ?

Ces derniers temps, vous n'avez pas pu la manquer: la campagne "Ruban d'espérance" a été lancé en ce mois de mai et elle s'affiche un peu partout. Nicolas Friedli, avec sa plume "bien trempée", en fait la critique ici sur son blog. Comme disait un ami au sujet de ce spécialiste du net: "j'aimerais bien ne pas être d'accord avec lui, mais le problème c'est qu'il a quand même raison!" ;-) Oui, cette campagne sur la diaconie (purée mon correcteur automatique ne reconnaît pas ce mot et ne cesse de me le changer en "diachronie"), est en fait une mauvaise traduction de l'Allemand. Cette campagne vise à rendre davantage visibles les solidarités, le service, les bénévoles de nos Eglises réformées suisses qui font un travail, il est vrai, krolossal.


Un problème de comm' 

Mais le problème, c'est que perso j'ai mis 2 semaines à comprendre réellement de quoi il s'agissait. OUI, nous sommes tous et toutes des "rubans d'espérance" pour notre prochain par l'amour que nous lui portons, et OUI les Eglises font un superbe travail de solidarités pour mettre en lien. Et OUI le thème de l'espérance est central dans la théologie chrétienne. Mais j'ose m'insurger devant la qualité médiocre de la comm', notamment du site internet (http://www.diaconie-relie.ch/fr/): on ne pige pas de quoi il s'agit! Que recherche-t-on par cette campagne?

Certes, l'Eglise console, proclame l'espérance, relie (autant de points positifs de la campagne), mais je trouve tout de même qu'elle ne fait guère envie par cette campagne. Mais surtout on ne comprend pas très bien ce qu'elle cherche à dire. Un problème récurrent pour nos Eglise. Cherche-t-elle à proposer de l'aide à ceux qui auraient besoin ? Si l'internaute cherche véritablement de l'aide, en cliquant sur l'onglet "je cherche de l'aide", il tombe sur... une liste de paroisse, sans contact. Un comble.

Si nos Eglises ont des sous à dilapider pour de telles campagnes (OK, on me dira que cet argent émane d'un généreux donateur, mais ce n'est pas une raison, ou bien?), ne peut-on pas faire un effort sur la communication??? Le problème de ces affiches publiques, c'est qu'on ne sait pas ce que l'on veut communiquer. A qui s'adresse-t-on? quel message veut-on faire passer ? quelle image cela donne-t-il des Eglises? Pas une image jeune et dynamique, en tout cas.

Dépoussiérer l'image des Eglises, une mission impossible?

Ca me rappelle la campagne de pub de mon Eglise vaudoise "L'Eglise ça engage!"... D'abord, je tiens à dire que je loue cet effort de mon Eglise de parler de soi, de se montrer sur la place publique, d'investir de l'argent là-dedans. Mais diantre, au XXIe siècle, les Eglises doivent oser davantage se profiler ! Ainsi, je dois avouer ma déception à la vue de cette affiche qui me semble fort peu percutante sur plusieurs points, guère "engageante" si j'ose dire : premièrement je trouve le slogan peu accrocheur et guère correct syntaxiquement parlant, même si bien sûr je comprends le jeu de mots; par ailleurs, l'image de l'église et de dos de personnes qui y vont n'est guère moderne, pas plus que le puzzle qui fait années 1980. Où sont passés les visages qui forment le corps du Christ? Et d'ailleurs, où est passé le Christ là-dedans? Au fond, quelle image réductrice et passéiste de comparer l'Eglise à un bâtiment ecclésial!

Dès lors, je me pose la question : n'arriverait-on pas à dépoussiérer quelque peu l'image de nos Eglises ? ou bien serait-ce là une mission impossible (à confier dès lors à notre ami Tom)?

Adopteuncuré.com: drôle et décalé

J'ai été interpelé cette semaine par cette vidéo relayée par l'émission de la RTS Sonar de lundi. Afin de récolter des fonds pour leurs Eglises, les six diocèses de Normandie ont lancé la semaine dernière une campagne qui joue totalement sur les codes du web et des réseaux sociaux. Baptisée "Adopteuncuré.com", cette campagne qui cible les 18-40 ans s'appuie sur un site internet qui derrière une façade humoristique et décalée est une redoutable machine de communication et de récolte de dons.

L'image qui en ressort est celle d'une Eglise qui ose. Elle ose être décalée, elle ose jouer avec les stéréotypes, elle ose sortir des sentiers battus, même si cela ne plaît pas à tout le monde. Contrairement à la campagne "ruban d'espérance" qui reste dans le "gentillet"et dans "l'attendu" (mais qui n'est pas à négliger pour autant: la solidarité reste historiquement une des forces des Eglises protestantes), la campagne de l'Eglise normande décoiffe. D'ailleurs, la campagne helvétique ne soutient pas la comparaison sous la plume acerbe de Nicolas Friedli du point de vue de spécialiste du net qu'il est (comme on peut le voir "objectivement" sur l'image ci-contre)...

Vous voulez voir le spot pub d'adopteuncuré.com? Le voici, faites-vous une idée...


Être prophétiques

Au final, je reste avec cette question: comment communiquer en Eglise ? comment réussir à réutiliser les stéréotypes à l'égard de l'Eglise pour en donner une image jeune et dynamique qui fasse envie ? Pas une question facile, mais il me semble quand la société post-moderne, nous devons oser, oser être davantage prophétiques...

1 commentaire:

  1. Merci Benjamin pour cet article qui reflète bien mon propre point de vue sur la question. A la liste que tu proposes, nous pourrions encore ajouter le clip vidéo (premier d'une série de 3) sur le mariage, avec le site internet qui l'accompagne: surprise-surprise.ch. Là aussi, je suis très dubitatif quand au message que l'on cherche à faire passer, l'image que l'on donne de l'Eglise, et le public auquel on s'adresse. Une connaissance à qui on a demandé ce qu'il avait compris de cette campagne (surprise-surprise) a répondu: "J'ai compris qu'ils avaient grandement besoin d'un spécialiste en comm'".
    Certes, c'est positif que les Eglises cherchent à se positionner dans le monde, à atteindre ceux qui sont loin d'elle par les moyens d'aujourd'hui, mais elle ne doit pas oublier d'être avant tout Eglise, avec ce que cela implique. Je crois que ces gens qu'elle cherche à atteindre, attendent qu'une "pub" faite par l'Eglise soit plus qu'une simple publicité, car l'Eglise évolue dans des sphères autres que celles des entreprises et des produits de consommation qui utilisent habituellement ces moyens-là. Il s'agit alors de se réapproprier différemment ces méthodes. La campagne adopteuncuré, a bien réussi cela à mon avis, car on comprend bien que c'est à prendre avec humour, qu'il y a quelque chose d'autre derrière, et cela pousse à aller voir ce qui se cache justement sous cette campagne, chose révélée en allant sur le site.
    Je proposerai enfin une dernière vidéo, intitulée "una vida apasionante" de la conférence épiscopale d'Espagne.
    Je ne sais pas si les liens fonctionnent dans les commentaires, mais voici: https://www.youtube.com/watch?v=k1pY_IugQfY&feature=kp

    RépondreSupprimer