mercredi 10 septembre 2014

To be united... or not to be !

Hier soir, j'étais invité au centre oecuménique de Vassin (La Tour-de-Peilz) pour parler de mon mémoire de master sur l'avenir de l'oecuménisme. Il faut croire que 4 ans après ce travail (que l'on peut trouver ici), les oecuménistes ont toujours besoin d'espérer et que mon travail peut encore apporter quelque chose à ce mouvement. Ou pas. ;-) Mais quoi qu'il en soit, l'occasion pour moi de revisiter ma "vocation" pour l'unité, avec une émotion toute particulière dans ce lieu de rassemblement oecuménique qui peine à continuer à vivre...


6 piliers pour l'unité

Le titre de la conférence, soufflé par l'organisateur, était: "faut-il désespérer de l’œcuménisme ?" L'occasion pour moi de détailler ma thèse, selon laquelle l’œcuménisme, actuellement en voie de fra-gilisation, doit se baser sur 6 piliers pour perdurer, pour retrouver sa base solide : la Bible, la confession de foi, la prière, l’aumône, le jeûne et le pèlerinage.


3 raisons pour ne pas désespérer

Pourquoi ne pas désespérer de l'oecuménisme ? Voici trois raisons (parmi d'autres)

1) Edinbourg 1910 : l’œcuménisme moderne débute traditionnellement avec cette conférence missionnaire de 1910 où les protestants de toutes confessions s’étaient rassemblés en vue d’un témoignage commun au monde. 104 ans, c’est jeune pour un mouvement, non ? 104 ans qui nous font réaliser tant le chemin parcouru que le chemin qui reste à parcourir. L’œcuménisme, entré dans une phase peut-être de maturité, sans les faux espoirs superficiels des débuts, doit retrouver une base solide, que je vois dans les 6 piliers qui doivent avant tout s’exprimer dans une vie pratique commune, pour pouvoir tendre vers un accomplissement plus grand de cette vision prophétique de l’unité.


2) La Déclaration commune sur la Justification en 1999 : l’Eglise catholique romaine et la Fédération luthérienne mondiale lèvent leurs excommunications réciproques et trouvent une expression commune sur la doctrine de la justification.

3) Le Pape François et son ouverture aux autres confessions chrétiennes. Car pour l’unité je suis convaincu que nous avons BESOIN du pape et de son ministère d’unité de l’Eglise.

Vidéo ici https://www.youtube.com/watch?v=1hn51OJPzbo (voir de 11'20'' à 18'20'')



Dans cette vidéo, poignante, le Pape François tend la main aux évangéliques, mais ces derniers temps il y a aussi tant de rapprochements, entre catholiques et anglican, au sein des Orthodoxes aussi, eux qui ont prévu le premier concile panor-thodoxe à Pentecôte 2015, une première après 1227 ans !

Alors oui, la période de grands espoirs post-Vatican II des années 1970-80 a fait place à une certaine désillusion. Les progrès effec-tués, certes évidents, se heurtent à certains obstacles qui semblent infranchissables. Mais dans l’histoire, les chrétiens des différentes confessions n'ont jamais été aussi proches les uns des autres : comme le disait la vidéo : le miracle de l’unité a déjà commencé. Certes il faut sans cesse remettre l’ouvrage sur le métier, car nous ne sommes pas encore arrivé. Mais si nous revenons au cœur de notre foi, à la source, AD FONTES, eh bien alors nous pourrons cheminer avec confiance, ensemble, vers l’unité. Car selon moi, l’unité est l’avenir de l’Eglise, la voie à suivre dans un contexte ecclésial difficile… L’Eglise du XXIe siècle, je me disais, sera œcuménique ou ne sera pas, pour reprendre une formule bien connue. Ne croyez-vous pas ? To be united... or not to be ?

C'est au peuple de Dieu de se bouger !

NB: comme me l'a fait remarqué un intervenant hier soir, la balle est désormais dans notre camp: c'est au peuple de Dieu d'enfiler son bleu de travail et travailler à l'unité. Car celle-ci ne va pas venir du ciel! Et probablement pas non plus des autorités ecclésiastiques (en tout cas pas de manière prononcée) !

NB2: Les chrétiens se rassemblent en soutien aux Chrétiens d'Orient, c'était à Berne dimanche 7 septembre ! Plus d'infos ici: http://dialogueoecumenique.eerv.ch/2014/09/08/intercession-dans-limpuissance/